Menu
Facebook Twitter email

10ème anniversaire de règne de S.A.S le Prince Albert II de Monaco

Discours de S.A.S. le Prince Albert II de Monaco

du samedi 11 juillet 2015.

 

Monsieur le Maire, cher Georges Marsan,

Autorités,

Chers Monégasques,

Chers Résidents,

Chers Présidents et Membres de l’association des sites historiques « Grimaldi de Monaco »,

Chers Amis,

 

C’est une grande joie pour moi de vous retrouver cet après-midi sur cette Place du Palais, cadre des grands rassemblements qui rythment les événements marquants de la vie de ma Famille et de notre Pays.

 

Vos paroles, Monsieur le Maire, m’ont profondément touché car, comme vous l’avez fort justement exprimé, c’est sur l’union indissoluble des Monégasques et de leur Prince que se fondent, pour reprendre vos termes, « la force de notre communauté et sa singularité ».

 

La Princesse et moi-même vous remercions de tout cœur, chers Amis, pour ces superbes cadeaux offerts à nos Enfants, le Prince Héréditaire Jacques et la Princesse Gabriella, à l’occasion de leur baptême.

 

Vous savez l’immense bonheur que nous a procuré leur arrivée à notre foyer qui nous comble chaque jour davantage.

 

Aujourd’hui, c’est dans l’allégresse que nous nous rassemblons, appréciant la chance que représente l’union des Monégasques et de la Famille princière, assurés à travers Jacques et Gabriella de la pérennité de notre Dynastie.

 

Ce dixième anniversaire de mon Avènement me vaut, et c’est bien normal, de nombreuses questions qui me sont posées sur le bilan de cette décennie.

 

J’y réponds volontiers mais je voudrais rappeler ici, en ces instants privilégiés de partage, que nos Institutions nous permettent de placer notre action dans la durée, ce qui fait leur force.

 

Le Prince fixe le cap à Son Gouvernement qui conduit la politique qu’Il Lui assigne. Le Conseil National partage avec le Prince le pouvoir législatif, notamment à travers la loi de budget qui concerne la vie du pays sous tous ses aspects.

 

En ces temps qui privilégient l’instant, la course a la réponse immédiate, la réaction à chaud, nous avons la chance que la Principauté, Etat de droit, s’inscrive dans un régime, la monarchie héréditaire et constitutionnelle qui me donne non seulement l’opportunité mais le devoir de tracer mes orientations dans la perspective du long terme

C’est un atout incontestable qu’apprécient, au demeurant à sa juste valeur, toutes celles et tous ceux qui, à nos côtés, font le choix de placer leur confiance dans notre Pays par leur travail, leurs investissements ou leur établissement.

 

Pour autant, bien évidemment, cette précieuse latitude que confère le temps à la maturation  de la réflexion, ne saurait légitimer l’immobilisme ou l’action au jour le jour, dépourvue d’ambition et d’élan.

 

Dans mon discours, il y a 10 ans du 12 juillet 2005, j’évoquais avec émotion « la détermination, la constance, le courage et la passion » dont mon Père avait imprégné son Règne et grâce auxquels il avait « fait résolument entrer Monaco dans la modernité ».   

 

Ces quatre qualités, il nous appartient de les cultiver au quotidien pour poursuivre l’adaptation permanente de notre Pays aux défis d’un monde qui, en dix ans, a tout à la fois beaucoup évolué, cédé à certains doutes et a été meurtri par de douloureux conflits.

 

Si, dans ce contexte, je vous invite cet après-midi, à porter avec moi sur l’avenir un regard confiant, c’est parce que je persiste à croire très fortement aux valeurs propres de notre communauté :

 

la concorde, qui permet de dépasser les querelles artificielles et stériles, a fortiori dans un petit pays où le consensus sur l’essentiel est manifeste,

 

le travail, sans lequel rien ne se gagne,

 

le sens de l’accueil,

 

l’intérêt pour l’innovation raisonnable et raisonnée, qui fait une large part au développement durable et aux réductions de notre  impact sur l’environnement,

 

l’attachement à l’éthique qui doit demeurer pour tous et pour chacun la boussole indispensable,

 

l’ouverture à l’international et, plus particulièrement, à l’Europe, dans le respect des spécificités de notre Pays qui tiennent à ses dimensions, sa situation, son Histoire.

Tels sont, chers Monégasques, chers Résidents, chers Amis, les fondamentaux qui doivent tracer notre feuille de route, au Gouvernement, aux Assemblées élues, mais aussi, permettez-moi de le suggérer, sur vos lieux de travail, d’engagement et de vie.

 

Au cours des dix dernières années, nous avons pu constater à quel point la mondialisation a fragilisé des situations que l’on pensait à l’abri des crises financières, économiques, sociales et environnementales.

 

La Principauté est, pour l’instant, dans une situation favorable du fait notamment de la rigueur dont elle a su faire preuve.  Elle  assure sa prospérité grâce à la capacité réactive de mon Gouvernement et à la mobilisation volontariste de ses acteurs économiques.

 

Notre indépendance est en partie liée à cette prospérité qu’il nous appartient sans cesse de conforter. Nous avons l’impérieuse obligation de poursuivre dans cette voie en attirant, notamment, des investisseurs étrangers.

 

La stabilité politique, la neutralité, la sécurité, encore plus précieuse dans le contexte international actuel, la qualité de vie sont autant d’atouts qui doivent être mis en lumière hors de nos frontières.

 

Parmi les acteurs qui assument cette mission de promotion, la Chambre de Développement Economique joue un rôle important.

 

C’est la raison pour laquelle j’ai décidé qu’après plus de seize années d’existence, cette entité devait opérer une restructuration afin de mieux faire face à la concurrence toujours plus vive de certaines destinations étrangères sous la dénomination, désormais, de « Monaco Economic Board ».

 

Je souhaite ici exprimer également ma reconnaissance aux fonctionnaires et agents de l’Etat et de la Commune qui, par leur action au service, notamment, de la sécurité des personnes et des biens, de la culture, de la solidarité, de l’éducation et des sports, contribuent à façonner le modèle que j’ai voulu pour notre Pays.

 

Je veux aussi rappeler ici l’effort de transparence consenti sans relâche par la Principauté pour répondre aux standards internationaux, avec la collaboration des acteurs de la place. Cet effort a été justement reconnu, il doit objectivement le demeurer par chacun.

 

Pour consolider notre essor économique, je place de grands espoirs, en particulier, dans le nouveau projet d’extension en mer. Il marquera, tout au long de la prochaine décennie, la confiance que nous portons dans l’avenir et nous apprécierons ensemble l’apport qui aura été le sien à notre tissu économique et, par voie de conséquence, social.

 

Vous le savez, en effet, il n’y a de retombées sociales qu’avec un tissu économique prospère et solide. Je saisis l’opportunité de ce rassemblement pour vous redire le prix que j’attache à la permanence d’un dialogue social serein. Je sais les souffrances qu’occasionnent les délocalisations, spécialement dans le secteur industriel.

 

Je sais aussi que mon Gouvernement s’est attaché à remplir, dans ces dossiers délicats et complexes, les missions de médiation qui lui incombaient dans le respect des équilibres.

 

Je me réjouis avec vous de la santé retrouvée de notre tourisme. Que tous ses acteurs en soient félicités. Je rappelle, à cet égard, que l’acuité de la concurrence requiert, encore plus que par le passé, un accueil personnalisé et irréprochable d’une clientèle aux attentes diversifiées.

 

A la Société des Bains de Mer qui fait le pari de l’ouverture à de nouveaux actionnaires, je lance aussi cet appel à l’excellence et à l’évolution des mentalités. Le programme ambitieux de renouvellement des équipements immobiliers représente un effort considérable, une marque de confiance exceptionnelle. Je sais pouvoir compter sur la mobilisation de chacune et chacun pour qu’elle porte ses fruits.

 

L’une des composantes essentielles du renom de la Principauté réside aussi dans ses établissements de santé. Je veux rendre ici hommage à tous ceux qui, dans la discrétion, mais avec compétence et efficience, sont les artisans de ce renom : équipes médicales, administratives, paramédicales, soignantes.

 

Je sais que l’effort financier que représentera la construction du nouvel hôpital se doublera de l’effort d’adaptation aux contraintes des travaux par toutes ces équipes au service du malade. Qu’elles sachent ici que je mesure la difficulté de la tâche, l’avenir de notre Centre Hospitalier est à ce prix.

 

Je veux aussi rendre un hommage appuyé au corps enseignant et à toutes les personnes qui ne ménagent pas leurs efforts pour former la jeune génération – avec un certain succès comme les excellents résultats au baccalauréat peuvent en témoigner - qui, ensuite, par ses études, fera honneur à notre Pays. Je prodigue à nos Jeunes tous les encouragements pour leur dynamisme et leur force d’innovation.

 

Je ne puis conclure ce tour d’horizon sans évoquer, bien évidemment, les défis environnementaux auxquels nous sommes confrontés. L’action complémentaire de mon Gouvernement et de ma Fondation prince Albert ii, ainsi que dans certains cas la fondation Albert 1er, sous mon impulsion, restera déterminante en ce domaine.

 

La COP21 constitue  la prochaine mais exigeante étape de ce long chemin d’adaptation de nos sociétés à un authentique développement cohérent et durable. Je me réjouis, dans cette perspective, que la République française et la Principauté, que tant de liens unissent, manifestent dans cette entreprise une totale convergence de vues et une parfaite unité d’action.

 

Dans dix jours, pour affiner la préparation de cette conférence environnementale capitale, je participerai, à Paris, au Sommet des Consciences.

 

Nul doute qu’il sera marqué par cette ambition d’une « écologie intégrale » à laquelle la récente Encyclique du Pape François nous convie, si exigeante soit-elle, dans les changements auxquels elle nous invite.

 

Nous devons savoir nous remettre en cause :

 

le développement urbanistique de la Principauté est indispensable mais il doit être maîtrisé, durable, soucieux de la qualité de vie de la population ;

 

notre prospérité économique ne saurait se construire au détriment des grands équilibres environnementaux et sociaux. Dans le domaine environnemental, je rappelle que nous devons atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. Par ailleurs, le dynamisme de notre économie sera le moteur des indispensables créations d’emploi positives jusqu’au-delà de nos frontières ;

 

enfin, saisissons sans crainte l’opportunité des discussions avec l’Union Européenne ; ayons confiance dans ce qu’elles peuvent nous apporter, soyons attentifs à la préservation de nos singularités mais n’hésitons pas à évoluer dans la recherche d’un accord équilibré.

 

J’assumerai pleinement mes responsabilités face à ces défis en guidant si nécessaire celles et ceux qui pourraient perdre de vue l’intérêt général, lequel doit demeurer en permanence notre préoccupation centrale.

 

 

Chers Monégasques,

Chers Résidents,

Chers Amis,

 

Avec la Princesse Charlène, avec Jacques et Gabriella, et tous nos jeunes qui vont se préparer dans l’enthousiasme à être les acteurs de demain et ce malgré la dureté et la complexité du monde actuel, continuons pour eux à bâtir un monde plus solidaire et plus juste. Inspirons nous des paroles de sage de Confucius «  si l’on s’efforce d’être pleinement humain, il n’y aura plus de place pour le mal ».

 portons, ensemble, sur l’avenir, un regard confiant et empreint d’espérance.

 

Je vous remercie.

 

 

Discours de S.A.S. la Princesse Charlène de Monaco

du samedi 11 juillet 2015.

 

 

Monseigneur,

C’est avec une joie immense que nous célébrons ce jour les dix années de Votre règne.

 

Je vous félicite et prie pour que votre règne soit long, accompli et serein.

 

Plus que personne, je sais ton dévouement absolu pour la Principauté, son avenir et le bien-être de sa population.

Plus que personne, je mesure ton engagement pour les causes nobles que tu défends avec force.

Dans tes pas, nos enfants sont à bonne école.

 

Le Prince Albert Premier fut EXPLORATEUR,

le Prince Rainier BATISSEUR,

Tu es le Prince du COEUR, …et de mon Coeur.

 

Viva U Principu

 

Viva Münegù

 

 

 

Plus de photos
cliquez ici

10ème anniversaire de règne de S.A.S le Prince Albert II de Monaco