Les expériences scientifiques

D
Le Prince Albert Ier
et l'état-major de la
seconde Princesse-Alice,
sur un glaçon dans la
baie de la Recherche
(Recherchefjorden),
le 25 août 1899


D
Le Prince Albert Ier
à la passerelle de
la seconde Princesse-Alice
(vers 1907)


D
Gunnar Isachsen
« Quand on a visité une première fois les régions arctiques, on est généralement possédé par le désir de les revoir »

assure le Prince. Aussi décide-t-il de retourner au Spitzberg, l'été suivant. Des recherches de physiologie et de bactériologie sont entreprises, mais l'essentiel des activités scientifiques est consacré à des travaux topographiques et hydrographiques. 2400 sondages sont réalisés dans la baie Red, à l'extrême nord du Spitzberg ; une carte très précise peut ainsi être levée. L'emplacement du front de plusieurs glaciers est mesuré afin d'établir l'évolution intervenue depuis les précédents relevés du dix-neuvième siècle.

La campagne de 1906 est préparée avec une attention particulière par le Prince, avec le concours d'un officier norvégien, Gunnar Isachsen, topographe de la seconde expédition du Fram. L'ampleur du programme et des moyens mis en œuvre est exceptionnelle. Comme le Prince le souligne,

« ses résultats intéressent les trois domaines de la terre, de la mer et de l'atmosphère. »

La région nord-ouest du Spitzberg est explorée par la mission Isachsen, tandis qu'une équipe menée par William S. Bruce établit la topographie de l'île du Prince Charles. Le Prince et ses collaborateurs pratiquent plus de cinq cents sondages pour dresser la carte hydrographique de la baie Cross. L'extension des glaciers et la production des icebergs sont observées avec soin. Enfin la météorologie de la haute atmosphère est étudiée à l'aide de cerfs-volants et de ballons dont certains atteignent une altitude proche de trente mille mètres.

Le bilan décide le Prince à une quatrième campagne arctique afin de

« compléter les travaux entrepris dans les trois précédentes, au point de vue hydrographique, géographique et météorologique. »

De nouveau, Isachsen et Bruce dirigent des explorations terrestres, géographiques et géologiques. Les sondages faits à partir de la Princesse-Alice précisent la topographie des baies Cross, Lilliehook et Moller. La poussée anormale de la banquise vers le sud, durant cet été, conduit à multiplier les mesures de température de l'eau de mer pour tenter d'établir une corrélation entre ces deux facteurs.

D
Panorama Lilljehook - juillet 1906

Le Prince Albert exprime ainsi ses impressions profondes :

« J'éprouvais une vraie joie de retrouver la vigoureuse mélancolie des scènes arctiques où les corps et les âmes se fortifient dans une lutte grandiose, dans la fierté de leur puissance et dans une sérénité perdue depuis les années de la jeunesse. »

Monaco le Lundi 14 Avril () - Copyright © 2008 Palais Princier de Monaco - http://monaco.arctic-expedition.mc