Un règne placé sous le signe de la protection de l’environnement

D
Discours de S.A.S. Le Prince
Albert II de Monaco
Avènement – 12 juillet 2005

Discours de
S.A.S. Le Prince Albert II de Monaco
Avènement – Place du Palais
Mardi 12 juillet 2005

« Chers Monégasques, Chers Résidents, Chers Amis,

Je suis particulièrement heureux de vous retrouver tous ce soir réunis à l'occasion de mon avènement et je tiens à vous remercier de votre présence qui, après les difficiles moments que nous venons de vivre, me touche profondément.

Je tiens également à remercier Monsieur le Président du Conseil National et Monsieur le Maire pour leurs paroles qui m'ont touché et pour cette remise traditionnelle et symbolique des clefs de la ville et pour ces merveilleux cadeaux offerts par toutes et tous. J'y suis particulièrement sensible.

Pour Monaco vient de s'achever la période de deuil officiel de Mon Père, le Prince Rainier III. Un Souverain d'exception totalement dévoué à la cause et au développement de la Principauté. Il restera dans l'histoire de notre pays comme un grand homme.

Le Prince Rainier III avait une vision pour Monaco ; une vision qu'Il a su partager avec Ses compatriotes et traduire en une stratégie de développement qui a transformé ce territoire exigu en un pays connu de tous. Un pays respecté et admiré.

C'est sous Son règne que les Monégasques ont atteint une qualité de vie que beaucoup nous envient. Leur environnement est soigneusement préservé et, de plus, Monaco a réussi un exploit étonnant et unanimement reconnu : accroître son territoire de quelques 20% par des moyens totalement pacifiques.

Si l'on devait ne retenir qu'un seul des faits marquants du règne du Prince Rainier III on soulignerait qu' Il a fait résolument entrer Monaco dans la modernité.

La modernité c'est la capacité à comprendre son époque en profondeur, à repérer les lignes de force qui la traversent et à se mettre à l'unisson de ses tendances profondes.

Je demande à tous les Monégasques et à tous ceux qui vivent et travaillent dans notre pays, de conserver au fond de leur cœur un souvenir ému et reconnaissant de ce Prince. Il a été un Souverain déterminé, constant, courageux et passionné, qui a agi de manière continue, pour le bien-être de ceux dont Il avait la charge.

En tant que fils et successeur du Prince Rainier III je voudrais souligner à quel point je suis fier de ce qu'Il nous a légué.

Au-delà de ma douleur et de celle de ma famille, je souhaiterais exprimer notre reconnaissance et mettre en exergue le rôle déterminant de Mon Père à mon égard. Il m'a transmis toutes les connaissances nécessaires pour que je puisse assumer les fonctions qui sont désormais les miennes.

J'entends que mon action s'inscrive dans la continuité de la politique de mes ancêtres. Cette continuité est naturelle puisque le Prince Rainier III m'avait depuis longtemps formé et préparé à ces fonctions que j'ai déjà exercées en Son nom lorsque Son état de santé ne lui permettait plus de les assumer.

Mais la continuité n'est pas l'immobilisme.

Je vais m'engager de toutes mes forces dans la poursuite et l'aboutissement des grands dossiers qu'Il suivait au quotidien ; des dossiers tournés pour la plupart vers le développement de Monaco.

Mais pas n'importe quel développement.

Produire des richesses est essentiel, mais ce seul aspect n'est pas suffisant à mon sens. Il importe également que le développement de Monaco soit harmonieux et profite à tous.

La clef du développement d'un pays, c'est, à partir de ses forces et de ses faiblesses, de savoir se projeter dans l'avenir pour imaginer toutes les actions nécessaires à l'obtention du but recherché.

Les contraintes géographiques de Monaco, sa taille, sa position sur la côte méditerranéenne, matrice de tant de civilisations, son enclavement dans l'un des pays initiateurs de l'Union Européenne – la France, avec laquelle, je tiens à le souligner, nos rapports d'amitiés sont excellents - doivent être prises en compte et signifient très clairement que Monaco a une vocation d'ouverture sur le monde.

Si cela devait être oublié, les origines européennes et américaines de ma famille seraient là pour nous le rappeler.

Afin de nous développer, il importe de faire nôtre l'injonction célèbre du non moins célèbre philosophe grec Socrate : « Connais-toi toi-même ». Je voudrais donc rappeler dans un premier temps qui nous sommes avant d'exposer ce que nous voulons devenir.

Nous sommes une communauté qui a ses valeurs propres, proches de celles de ses voisins mais avec une combinaison particulière qui fait notre spécificité.

Venus de Ligurie, de Gênes, nous sommes les héritiers de la Grèce, de Rome et de la chrétienté : notre religion d'Etat catholique, apostolique et romaine est là pour nous le rappeler.

Nous adhérons aux Droits de l'Homme, fruit des réflexions philosophiques du Siècle des Lumières de nos voisins et amis français et des innombrables aménagements et améliorations apportés par les dirigeants européens au fonctionnement des états de droit et des institutions supra-nationales.

Nous croyons au progrès matériel, mais aussi spirituel.

Nous croyons dans le domaine économique au système libéral, c'est à dire un système créateur d'opportunités et de richesses.

Nous croyons aussi aux vertus de la solidarité pour ceux qui n'ont pas les savoirs, les savoir-faire et les savoir-être nécessaires pour la prise de risques, l'autonomie et la responsabilité qu'implique la vie moderne.

Notre rôle est également de promouvoir l'indispensable justice sociale.

Monaco adhère tout comme l'Union Européenne au concept d'économie sociale de marché.

Nous croyons au couple constitué par l'innovateur et l'entrepreneur qui permet le progrès sous toutes ses formes.

Sans le respect de ces valeurs fondamentales, nous ne pouvons envisager de progresser.

Qui sommes-nous encore ?

Une communauté qui a su transformer quelques atouts touristiques bien connus en de nombreuses activités telles qu'une industrie hôtelière et de loisirs qui a donné naissance à une série d'événements, de manifestations, de festivals, très souvent mondialement connus et réalisés avec un soin qui a pour objectif de viser l'excellence.

Nous offrons ainsi à Monaco une atmosphère de bien-être que de nombreux résidents et visiteurs étrangers viennent partager avec nous.

Mais en ce début de XXIème siècle, Monaco ne peut se limiter à ces seules activités et je souhaite vous faire part des grandes orientations que j'ai l'intention de conduire.

A Monaco, se déploient déjà des activités industrielles, immobilières, commerciales et de services de grande qualité et parfaitement positionnées sur le plan mondial.

Faute d'espace, nous ne pouvons envisager de développer notre activité industrielle - très active et profitable pourtant – au-delà du raisonnable.

Reste donc naturellement la possibilité de faire croître et de valoriser des activités à forte valeur ajoutée qui ne concernent plus uniquement l'industrie mais également le domaine intellectuel avec ses composantes de créativité et d'innovation.

Nous avons déjà développé des pôles très importants mais insuffisamment connus à l'extérieur dans les services, dans le conseil et dans le monde bancaire.

Ces activités là, nous allons continuer à les promouvoir. Mais il nous faut aller plus loin, avec un véritable esprit d'entreprise qui m'anime.

J'ai bien l'intention de contribuer à faire de Monaco un des pôles de référence dans le domaine financier, en ajoutant à ses compétences bancaires déjà renommées un savoir-faire encore plus sophistiqué en gestion d'actifs et en développant le capital-investissement.

Nos talents dans ce domaine existent mais sont encore insuffisants en nombre. Il faudra promouvoir un enseignement d'exception et valoriser les réseaux existants pour que Monaco puisse jouer un rôle plus important sur les marchés financiers internationaux.

J'entends cependant que l'éthique soit toujours en toile de fond du comportement des autorités monégasques. L'éthique ne se divise pas. Argent et vertu doivent se conjuguer en permanence. L'importance de la place financière de Monaco requiert une extrême vigilance pour éviter que ne se développent des activités financières qui ne sont pas les bienvenues dans notre pays. Pour éviter ces déviances Monaco doit fonctionner en harmonie avec l'ensemble des organismes qui ont le même objectif.

Monaco se doit de respecter et respecte les directives du GAFI, des autorités fiscales notamment françaises et américaines, et de toutes les autres bonnes pratiques dans le contrôle des flux financiers.

Sur un autre plan je suis, vous le savez, un ardent défenseur de l'environnement. Je m'inscris dans une tradition marquée par mes ancêtres qui l'ont illustrée de nombreuses façons : création du Musée océanographique, du Musée d'anthropologie préhistorique ou encore du Jardin Exotique, promotion du droit maritime, notamment au travers de l'accord RAMOGE, cher à Mon Père, pour la protection du milieu marin.

A l'occasion de la célébration du centenaire des expéditions en région polaire de mon arrière arrière grand-père le Prince Albert Ier, je me rendrai ce mois-ci avec des experts du W.W.F., du Musée Océanographique et de l'AIEA, en mission exploratoire au Spitzberg.

De nos observations seront tirés des enseignements qui devraient permettre de mieux comprendre la réalité des changements climatiques, souvent dramatiques, et de leurs conséquences sur les espèces animales et végétales dans cette région du monde afin de pouvoir un jour, peut-être, trouver des solutions concrètes.

Cette volonté collective de préserver l'environnement devra être l'un des apports de notre pays à la communauté internationale. Je souhaite, bien sûr, que notre compétence dans ce domaine profite à tous au travers de divers projets de coopération avec d'autres pays, dont ceux de la zone méditerranéenne.

Il faut que Monaco soit un pays modèle, respectueux de la nature. Peu de Ville-Etat peuvent déjà s'enorgueillir de disposer de 20% de leur territoire sous forme de jardins et de parcs. Cette réalité, mes compatriotes, nous la vivons tous les jours, j'en suis très fier et je suis sûr que vous partagez cette satisfaction avec moi.

Mais la nature a également besoin des hommes.

De ce point de vue, notre pays qui ne dispose ni de sources d'énergie, ni de matières premières et qui a réussi à mener cependant un développement remarquable est bien pourvu.

Les Monégasques sont des personnes de qualité. Ces qualités seront encore développées car je mettrai l'accent sur la connaissance, le savoir, l'imagination et le pouvoir extraordinaire de la pensée.

Je ferai ce qui est nécessaire, en organisant notamment des colloques ou des séminaires de réflexion qui marqueront les esprits, et nous apporteront non seulement les ressources intellectuelles complémentaires à celles dont nous disposons déjà mais feront de notre pays, je l'espère, un véritable carrefour de la pensée sur des sujets et thèmes de préoccupation majeure du monde contemporain.

J'inciterai aussi à s'installer dans notre pays des chercheurs, des universitaires, des entrepreneurs, pourquoi pas des investisseurs américains, asiatiques, européens. Ils trouveront à Monaco des conditions optimales pour développer leurs activités. La richesse ainsi créée bénéficiera à tous.

Ces nouveaux venus savent que l'environnement économique de Monaco est propice à la réussite et que toutes les opportunités sont ouvertes.

L'avenir d'un pays, c'est sa jeunesse. Je souhaite mobiliser la jeunesse de Monaco en lui donnant les moyens de se former aux meilleurs niveaux, d'avoir accès à des emplois très qualifiés, et de disposer de sources d'enrichissement personnel d'ordre culturel et sportif.

Mais, je demande également à nos jeunes de montrer leur volonté de travailler, de se dépasser, d'avoir de l'ambition, d'aller forger leur expérience à l'étranger afin de mieux contribuer le moment venu à l'essor de notre pays.

Ainsi que Théodore Roosevelt nous y incitait, il y a quelques années, « prenez des risques, ne soyez jamais parmi ces âmes froides et timides qui ne connaissent ni la victoire, ni la défaite ».

Dans un autre domaine encore, je suis persuadé que ce qui fait la spécificité de l'Europe, notre continent, c'est la richesse incroyable de ses créations dans tous les domaines (musique, peinture, littérature, architecture…). Beethoven, Picasso, Victor Hugo, Léonard de Vinci, Cervantès, Monet, Goethe, Descartes, Shakespeare, Van Gogh, Pascal, sont nos icônes. Ils disent une Europe qui guide la pensée moderne, source de la Renaissance, du mouvement des romantiques ou de celui des impressionnistes.

Monaco se positionne déjà depuis longtemps comme un lieu de création hors du commun : ses festivals, ses ballets, son opéra, son orchestre philharmonique, ses manifestations artistiques de toutes sortes sont de grande qualité. Elles concourent à façonner notre identité. Les moyens consacrés à la culture atteignent à Monaco un niveau hors du commun : environ 7% du budget de l'Etat. C'est un indicateur qui souligne notre volonté d'être un acteur important du développement culturel en Europe et au-delà.

Pour l'illustrer, je rappelle notre décision d'ouvrir, nous l'espérons dans un futur proche, notre nouveau Musée national des Arts.

Si les productions de l'esprit sont essentielles, le développement des activités corporelles me semble l'être tout autant.

Monaco est donc également, et mon rôle en la matière n'est un secret pour personne, un des hauts lieux du sport contemporain. Le sport est aujourd'hui indispensable et indissociable du progrès de tout pays. Cette activité me touche tout particulièrement et très personnellement, vous le savez bien. Notre Grand Prix automobile, notre Rallye, notre Open de tennis, nos manifestations d'athlétisme et de natation, les exploits, que nous espérons fréquents, de l'AS Monaco ont un retentissement mondial.

Nous allons également ouvrir un nouveau centre de médecine du sport : l'IMSS, l'Institut Monégasque des Sciences du Sport. Ce centre démontre notre volonté de devenir un pôle de référence comme nous en avons déjà dans d'autres domaines de la santé, notamment au sein du centre cardio-thoracique et du centre hospitalier Princesse Grace.

"Last night I had a dream…"
"Hier soir, j'ai eu un rêve"

Vous vous souvenez tous sans doute de cette phrase du Prix Nobel de la paix Martin Luther King qui initiait ainsi un discours fondateur sur l'égalité des races.

J'ai fait moi aussi un rêve. Depuis longtemps, j'ai rêvé d'un pays qui fonctionnerait comme un modèle dans toutes ses dimensions.

Un pays producteur de modèles : le modèle de vie, le modèle de développement, le modèle de bien-être, le modèle de paix.

Comme le disait un grand sage amérindien, le Chef « Black Elk » de la tribu Lakota : « La deuxième paix est celle qui se crée entre deux individus, la troisième est celle qui unie deux nations. Mais au-dessus de tout cela il vous faut comprendre que la paix ne sera possible entre les nations tant qu'on ne sera pas convaincu que la véritable paix se trouve au cœur de l'être humain. »

J'attire votre attention sur le fait que je ne songe pas à une paix qui sera fondée sur le concept de neutralité. Peut-on être neutre lorsque l'on doit trancher entre le bien et le mal, entre la liberté et l'asservissement ? Ce pays de l'utopie faite réalité, ce pourrait être le nôtre. Un pays qui créerait toutes les conditions matérielles et spirituelles pour trouver le bonheur.

Il ne faut jamais oublier que la réalité de demain est composée souvent d'utopies d'hier enfin réalisées.

Je souhaite donc pour Monaco et ses habitants une société modèle, un modèle de société.

J'ai la certitude que, dans notre univers qui aspire à la paix, l'étroitesse du territoire n'est plus un facteur de faiblesse.

Comme le disait le Prince Rainier, Mon Père : « souvenons-nous qu'il n'est pas nécessaire d'être un grand pays pour avoir de grands rêves ni d'être nombreux pour les réaliser ».

J'ai donc la conviction que Monaco peut devenir à sa manière une grande puissance, une combinaison entre une vision du monde tournée vers le progrès et le bien-être et la mise en œuvre d'activités de protection de l'environnement, de lutte pour la paix, de respect de la justice, de développement durable, de la défense des défavorisés, de la mise en œuvre d'actions pour un monde plus juste, plus harmonieux.

Notre puissance doit être avant tout une puissance éthique, une puissance modèle. Celle d'un pays dans lequel la richesse qui se crée est avant tout le fruit du travail et de l'innovation. Un pays où une partie de cette richesse contribue à un monde meilleur. Ainsi, nous consacrons déjà près de 4% de notre budget à des projets humanitaires et sociaux à l'étranger notamment en Afrique.

D'autre part, je vais faire en sorte que Monaco ratifie le plus rapidement possible le Protocole de Kyoto.

C'est un devoir pour tout être humain, pour toute communauté d'adhérer aux termes de ce protocole essentiel pour un développement durable. C'est non seulement un impératif moral mais aussi un impératif réaliste.

En conclusion, il faut que tous les Monégasques et les hôtes de Monaco participent à notre ambitieux projet. Monaco, pays ouvert sur le monde, saura contribuer à un univers meilleur. Nous en avons les moyens matériels, intellectuels et spirituels. Dans ce domaine, Monaco a autant de pouvoir que toute autre communauté et notre pays peut ainsi être porteur d'un message fort, celui de l'intelligence et de la réactivité au service de l'humanité.

Tel est le sens que je souhaite donner à mon action. Et ce n'est qu'en s'appuyant sur nos valeurs de simplicité, de sens des responsabilités, de travail, de solidarité, que nous obtiendrons ce monde de paix, de justice et de progrès auquel légitimement chaque Monégasque se doit d'aspirer.

Rien de grand ne peut être accompli sans l'implication de tous. C'est pourquoi je compte sur chacun d'entre vous. Je fais ainsi appel au sens de la responsabilité collective de tous les Monégasques. Il faut rappeler que dans un état de droit, à tout droit doit correspondre un devoir. Les Monégasques sont bénéficiaires de nombreux privilèges. Ils doivent en conséquence, par leur conduite personnelle, mériter chaque jour les avantages presque uniques au monde dont ils disposent.

Adhérer à la vision que je viens de définir requiert une implication totale pour réussir. Nous ne pouvons réussir qu'en nous rassemblant tous, car, comme l'a dit un grand poète :

« toute puissance est faible à moins d'être unie ».

Vive la famille monégasque.
Viva a Famiya Munegasca
Viva Münegù !

Monaco le Lundi 14 Avril () - Copyright © 2008 Palais Princier de Monaco - http://monaco.arctic-expedition.mc