Palais Princier de Monaco
Ajouter cette page à vos favorisFaire de cette page un document PDFImprimer cette pageAugmenter la taille du texte de cette pageRéinitialiser la taille du texte de cette pageDiminuer la taille du texte de cette page

Cérémonie de remise des distinctions dans l’Ordre de Saint-Charles et dans l’Ordre de Grimaldi

 Photo 1 :Cérémonie de remise des distinctions dans l’Ordre de Saint-Charles et dans l’Ordre de Grimaldi

Monsieur le Ministre d'Etat,
Monseigneur,
Monsieur le Président du Conseil National,
Monsieur le Directeur des Services Judiciaires, Président du Conseil d'Etat,
Madame et Messieurs les Conseillers de Gouvernement,

Mesdames et Messieurs,


Comme chaque année, la célébration de Notre Fête Nationale me donne l'agréable privilège d'en ouvrir les festivités par la remise des diverses distinctions honorifiques et, ce soir, plus précisément dans les Ordres de Saint-Charles et de Grimaldi.

Les nominations ou les promotions dans ces grands ordres prestigieux, créés, pour le premier, par le Prince Charles III, mon aïeul, et, pour le second, par le Prince Rainier III, mon père, pourraient très bien être regardées comme la survivance d'un passé révolu ou, à tout le moins, comme de nature purement protocolaire.
../..


Mais comme vous le savez, je m'attache à ce qu'il en soit autrement en veillant à la qualité des récipiendaires, à la diversité de leurs origines et de leurs compétences ainsi qu'à la limitation de leur nombre. Ce n'est en effet qu'à ce prix qu'ils pourront demeurer les membres vivants de véritables ordres, c'est-à-dire un groupe de femmes et d'hommes voués au service de l'intérêt général et de la communauté.

Le sens de leur action -- de votre action -- prend une dimension particulière à Monaco où, ainsi que j'ai maintes fois eu l'occasion de le souligner, j'entends vous voir constituer une force d'entrainement du pays, dans le cadre de nos spécificités et de notre identité.

Ces spécificités tiennent, entre autres, à cette dualité qui nous caractérise. La Principauté est effectivement, de longue date, connue pour être une place internationale ouverte sur le monde. J'en veux pour preuve le large éventail des nationalités de nos résidents que reflète, du reste, la promotion que je m'apprête à honorer ce soir.

../..


Monaco est, de ce point de vue, une sorte de concentré de cette fameuse mondialisation à laquelle il serait vain de s'opposer tant ses leviers sont forts. Au contraire, il importe, à mon sens, de l'accompagner pour profiter de ses retombées fructueuses tout en l'encadrant afin de ne pas y perdre notre âme.

Telle est la raison pour laquelle j'ai évoqué cette identité monégasque qui m'est si chère, au travers -- notamment mais pas seulement -- notre langue nationale. E vurerëssa sta sera salüta tüt'acheli che ünsegnun, ümparun, e defendun - parlandula e scrivandula - a nostra bela lenga che aimu tantu.

Notre ouverture sur le monde qui nous entoure ne saurait, par ailleurs, occulter ou altérer un autre élément fort de notre particularisme, savoir les relations étroites que nous entretenons avec la France. Notre communauté de destin avec le grand pays voisin et ami a été encore mise à l'honneur par la récente visite que nous a faite le Président de la République française, M. François Hollande, et il y a tout lieu de s'en féliciter.
../..


Ces relations, toujours vivifiées dans le temps par l'action des femmes et des hommes, appartiennent à notre tradition, celle que chante notre hymne national. N'amu q'üna tradiçiun.

Car Monaco est une terre de forte tradition ; et là est l'autre élément de cette dualité dont je viens de parler.

Qui dit tradition dit transmission. Chez nous, cette transmission s'opère, au premier chef, au travers du lien indéfectible tissé, depuis plus de sept siècles, entre les Monégasques et leurs Princes. Enracinée dans le passé, cette relation repose sur la loyauté, la fidélité, la confiance - mais peut-être et surtout - sur l'affection mutuelle. Elle est le socle charnel sans lequel nous ne saurions nous projeter dans le futur. Che Diu faghe che sice sempre cusci.

Je sais pouvoir compter sur tous les Monégasques qui partagent ce sentiment ; et mes pensées vont bien sur tout spécialement ce soir à ceux qui seront distingués dans quelques instants.

../..


Le monde où nous vivons -- il serait illusoire de se le cacher -- doit faire face à des incertitudes et à des périls qui sont autant de challenges. Mais j'ai confiance en l'avenir de ce pays, fort des projets qui sont les nôtres, dans tous les domaines et auxquels travaille avec ardeur mon Gouvernement. Ils sont les vecteurs de notre modernité et l'expression de notre dynamisme.

C'est de la réussite de cette entreprise que je souhaite vous voir tous être les acteurs engagés.

Je vous en remercie./

Contact

Plan du site

Aide

Accessibilité

Informations légales et éditoriales

Crédits

Réalisé par NEXINT

Copyright © 2011 Palais Princier de Monaco