Palais Princier de Monaco

Voyage de S.A.S. le Prince Albert en Antarctique

Le Prince Albert a continué la visite des bases en Antarctique.
Depuis le 16 janvier, Il a successivement visité les bases de Concordia, Vostok, Davis, Princess Elisabeth, Maitri et Novolazarevskaya

 Photo :Voyage de S.A.S. le Prince Albert en Antarctique

La base Concordia, occupée par 60 personnes l'été et une quinzaine l'hiver, doit faire face, en période hivernale, à de fortes accumulations de neige et à des chutes de températures pouvant atteindre moins 80°. Ainsi, les deux principaux bâtiments, posés sur des piliers à hauteurs modulables, peuvent être rehaussés.

La prévention contre toute forme de pollution du site est une préoccupation majeure comme partout en Antarctique. Tous les déchets sont triés pour être traités ailleurs, les eaux sont recyclées au moyen d'appareils prototypes utiles dans les cas de confinement extrême. Ils sont testés ici pour être ensuite développé pour des utilisations dans l'espace.
Le site, qui regroupe plusieurs télescopes, est en train de s'imposer pour les recherches en astronomie. Le ciel y est « très transparent », il y a très peu d'humidité dans l'air. Les analyses portent l'histoire des étoiles et l'état de l'atmosphère.

C'est aussi un site d'étude en glaciologie important. Des forages profonds, jusqu'à 3270 mètres, ont permis de réaliser des carottages de glace remontant à 800 000 ans.

La glace est, entre autres, un indicateur direct de l'état des gaz à effet de serre. Joël Savarino, chargé de recherche au CNRS, explique, , « ··· à travers les bulles d'air piégées dans la glace on peut mesurer la concentration de ces gaz. A chaque fois qu'il y a une période chaude il y a augmentation des gaz à effet de serre. Aujourd'hui, il y a un renversement de situation : dans le passé, le climat influençait les gaz à effet de serre. A l'heure actuelle, sous l'effet des activités humaines, on émet des gaz à effet de serre qui influence le climat.. ».

Voir la vidéo

Le 17 janvier, le Prince Souverain s'est rendu à la base russe Vostok qui se situe à l'ouest du Pôle.

Ce centre scientifique est le plus isolé de tout le continent. C'est à Vostok que la température la plus basse a été enregistrée = moins 89.2° le 21 juillet 1983.
C'est avant tout un lieu de coopération internationale où travaillent régulièrement français, américains et britanniques. Depuis 1957 s'effectuent des prélèvements de glace qui sont envoyés pour analyses dans le monde entier. Ils ont remonté un morceau de glace datant de 400 000 ans.
L'accès à la station se fait à travers un labyrinthe creusé dans la neige.

Les bâtiments se trouvent désormais à quatre mètres sous le niveau de la glace.

Les carottages se font à l'aide d'un matériel de forage antédiluvien qui fonctionne parfaitement.

Une fois la glace extraite, elle est inventoriée (date d'extraction, profondeur···) et stockée dans une pièce creusée plus profondément encore où la température est de moins cinquante degrés.

Les Carottes sont soigneusement étiquetées et alignées dans des étagères en bois. Une partie des 41 années de travail de Vostok sont stockées ici. Mais de nombreux échantillons sont envoyés dans des dizaines de laboratoires pour tenter de percer les mystères de l'évolution. Ce travail se poursuit plus intensément depuis 1996.

Sous la station, les scientifiques ont découvert la présence d'un lac à moins 4000 mètres. Qui dit eau liquide dit, potentiellement, vie. Des bactéries ont déjà été découvertes. Elles ne proviennent pas directement du lac, mais c'est un début.

Ensuite, SAS le Prince a visité la base australienne Davis.




Le 18 janvier au soir, Il a atteint la base belge Princess Elisabeth. C'est la première station belge à être construite en Antarctique depuis plus de 40 ans (la dernière, la base Roi Baudouin, y a fonctionné de 1958 à 1966). Cette station d'été aire « zéro émission » est occupée par un maximum de 20 scientifiques, quatre mois par an.
Déjà opérationnelle, la station est en train d'être achevée. Elle sera officiellement inaugurée en février 2009, à la fin de l'Année polaire internationale.

Voir la vidéo



Le 19 janvier, S.A.S. le Prince a visité la base indienne Maitri.




Aujourd'hui, mardi 20 janvier, le Prince est parti de la base russe Novolazarevskaya pour se rendre dans la station norvégienne Troll.

Vous pouvez suivre tous les jours l'expédition du Prince Albert sur www.fpa2.com

Palais Princier de Monaco