Palais Princier de Monaco

Inauguration du Conseil National

 Photo :Inauguration du Conseil National

Monsieur le Ministre,
Monseigneur l'Archevêque,
Monsieur le Président du Conseil National,
Excellences,
Mesdames et Messieurs les Conseillers Nationaux,
Monsieur le Maire,
Mesdames, Messieurs,


La Princesse et moi-même sommes très heureux, Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers Nationaux, de nous retrouver à nouveau parmi vous aujourd'hui, à l'occasion de l'inauguration du nouveau siège du Conseil National.

.../...


Ce bâtiment atteste, par ses dimensions et son parti pris architectural, de la considération portée à votre Assemblée.

Comme vous l'avez rappelé, Monsieur le Président, il est l'aboutissement de la volonté de votre prédécesseur Stéphane VALERI, relayée par votre implication personnelle.

J'ai consenti à la concrétisation de ce projet d'ampleur car je tenais à ce que les Conseillers Nationaux disposent d'un édifice conçu pour que l'accomplissement de leur mandat s'effectue dans des conditions optimales. Je veux remercier aujourd'hui toutes les entités et les personnes qui ont œuvré à cette réussite :

.../...


Ê mon Gouvernement, qui a mobilisé les crédits nécessaires tout en appelant aujourd'hui légitimement de ses vœux la maîtrise des dépenses de fonctionnement ;

Ê le cabinet d'architecte Jean-Michel UGHES et ses collaborateurs dont je salue le talent et l'ingéniosité ;

Ê les entreprises et leur personnel qui ont fait face aux contraintes, notamment de délai ;

Ê le personnel du Conseil National qui a mené de front ses missions habituelles et la charge d'un transfert.

A tous et à chacun, merci.
.../...


Mon attention est retenue ce soir par trois symboles, riches de sens.

Le premier réside dans la reproduction du texte de la Constitution qui enveloppe, en quelque sorte, la façade de votre Assemblée.

Je me réjouis très vivement de cette belle symbolique.

En effet, cette inscription, au fronton du siège du Conseil National, de notre norme suprême témoigne de l'attachement que nous portons au socle de notre édifice institutionnel.

.../...



La Constitution de 1962, révisée en 2002, assure et continuera d'assurer la pérennité de notre système parce qu'elle se réfère à des valeurs et pose des principes qui répondent à nos spécificités :

Ê monarchie héréditaire et constitu-tionnelle,

Ê séparation des pouvoirs,

Ê conduite par le Prince de la politique extérieure,

Ê exercice du pouvoir exécutif par le gouvernement sous la Haute Autorité du Prince,

Ê partage du pouvoir législatif par le Prince et le Conseil National,

Ê indépendance de la Justice.

.../...


Notre Constitution est ainsi la garante des équilibres subtils qui nous sont propres et que nous ne devons avoir peur ni de défendre ni d'expliquer. Ils ne peuvent être remis en question.

Dans le domaine de l'activité législative et budgétaire, la Constitution nous donne les outils du consensus.

Au Gouvernement et au Conseil National, dans la mise en œuvre de la concertation, il incombe d'écouter, d'entendre, enfin de décider et trancher inspirés par le seul souci de l'intérêt général qui dépasse les intérêts particuliers.

.../...



Je mesure la difficulté des pesées que comporte l'exercice de ces responsabilités. Elles imposent indépendance d'esprit, hauteur de vue et discernement, qualités exigeantes qui confèrent toutefois à la mission de législateur toute sa grandeur.

Le deuxième symbole est pour moi la présence des anciens conseillers Nationaux à nos côtés ce soir et l'invitation que vous nous avez faite, Monsieur le Président, à élever notre pensée vers ceux qui nous ont quittés.

Avec vous, je veux rendre hommage à l'activité qu'ils ont déployée dans l'ancien hémicycle et par laquelle ils ont exprimé l'amour qu'ils portaient à leur pays et leur volonté de le servir avec loyauté.
.../...


Si les bâtiments changent pour répondre aux besoins nouveaux qui se manifestent, l'institution Conseil national demeure. Elle est héritière de l'apport, par la réflexion et le travail, des générations précédentes de Conseillers Nationaux.

En ces temps marqués, autour de notre pays, par une crise économique sévère dont nous nous efforçons de protéger la principauté, souvenons-nous des situations complexes qu'ont dû affronter les anciens Conseillers Nationaux : reconstruction de l'économie dans l'après-guerre, tensions institutionnelles, etc.

.../...



Ces défis ont toujours été relevés grâce à des approches sereines et constructives, au sens de l'Etat et à la recherche de solutions justes et équilibrées.

Je suis convaincu que ces mêmes qualités nous permettront de résoudre les difficultés inhérentes à notre époque.

Enfin, comment ne pas voir un symbole dans la présence si opportune ici ce soir de jeunes représentatifs de l'avenir de Monaco. C'est pour eux qu'ensemble nous légiférons et nous attachons à concevoir une politique budgétaire avisée et solide.

.../...



Ils aspirent à vivre dans une Principauté qui demeure un havre de paix dans un monde troublé.

Prenons le temps de témoigner auprès de notre jeunesse que nos spécificités sont la première de nos richesses, ce qui n'entrave en rien notre indispensable ouverture au monde, tant sur la scène internationale que par notre sens de l'accueil.

Sachons aussi inculquer à nos jeunes qu'à chaque droit correspond un devoir.

Ainsi, leur générosité et leur inventivité s'épanouiront-elles réellement.

.../...



Enfin, veillons à préserver pour eux une communauté apaisée, consciente de ses atouts et de ses chances que les divisions ne sauraient venir fragiliser.

Une campagne électorale va s'ouvrir, temps légitime et important d'échanges et de débats.

Je forme le vœu auprès de tous et de chacun qu'elle soit exemplaire de dignité et de respect.

Pour conclure, permettez-moi de vous inviter à faire de ce remarquable instrument de travail que constituent ces nouveaux locaux le cadre d'une activité législative et budgétaire réfléchie et responsable.
.../...



Je mesure que chacune, chacun de vous, comme ses prédécesseurs, êtes passionnés par le mandat que vous ont confié les Monégasques, au service de notre Pays.

Je souhaite du fond du cœur que le travail, parfois difficile que vous accomplirez en ces murs, souvent au détriment de votre vie personnelle ou de famille, vous comble de l'humble mais noble satisfaction que procure le sentiment du devoir accompli.

Je vous remercie.



Palais Princier de Monaco