Palais Princier de Monaco

Fête Nationale 2012 - Cérémonie de remise des distinctions dans l’Ordre de Saint-Charles et dans l’Ordre de Grimaldi

Discours prononcé par S.A.S. le Prince

 Photo :Fête Nationale 2012 - Cérémonie de remise des distinctions dans l’Ordre de Saint-Charles et dans l’Ordre de Grimaldi

Monsieur le Ministre d'Etat,
Monseigneur,
Monsieur le Président du Conseil National,
Monsieur le Directeur des Services Judiciaires, Président du Conseil d'Etat,
Madame et Messieurs les Conseillers de Gouvernement,
Excellences,
Monsieur le Président du Conseil de la Couronne,
Monsieur le Secrétaire d'Etat,

Chers amis,

Chaque année, la célébration de la Fête nationale me confère l'agréable privilège de remettre des distinctions honorifiques.

C'est ainsi que je procèderai dans quelques instants aux nominations ainsi qu'aux élévations dans les deux Ordres majeurs de la Principauté : l'Ordre de Saint Charles tout d'abord, qui honore les mérites pour services rendus à l'Etat et à la communauté, et l'Ordre de Grimaldi ensuite, qui est plus spécialement attaché aux Princes et à leur famille.

Mais je voudrais au préalable évoquer, pour leur rendre hommage, toutes les personnes honorées dans le cadre de notre Fête nationale, quelle que soit la distinction qu'elles reçoivent.

Toutes ces distinctions ont une valeur essentielle à mes yeux, sur le plan individuel bien évidemment, mais aussi dans leur globalité.

C'est en effet en se plaçant sur ce plan plus général que l'on prend conscience de ce que les récipiendaires de l'ensemble des promotions constituent une force d'entraînement de notre pays vers l'avant, témoignant par là même de l'énergie et de la vitalité de notre communauté dans toutes ses composantes.

De fait, si, à l'occasion de notre Fête nationale, le service public, tant civil que militaire, est à l'honneur - ce qui est normal - la force de travail de nos salariés, le dynamisme de nos entreprises, celui de nos actions en matière culturelle et sportive, les initiatives de la société civile dans le domaine de la bienfaisance et du bénévolat méritent tout autant d'être reconnus.

Je voudrais donc ce soir saluer tous les nouveaux promus au titre du mérite culturel, de la médaille d'honneur, de la médaille du travail et de celle de l'éducation physique et des sports, sans oublier la reconnaissance de la Croix Rouge ou encore celle du mérite national du sang.

Quant à reconnaître des mérites, je voudrais également, ce soir, vous faire part de la valeur toute particulière que j'attache au travail des fonctionnaires et des agents de la Direction de la Sûreté Publique qui œuvrent avec ardeur et efficacité à la préservation de notre sécurité comme de l'ordre public, ainsi qu'ils l'ont encore récemment démontré.

Cette année, la Principauté fête non seulement le cinquantenaire de la Constitution de 1962 mais également le 500ème anniversaire de son indépendance et de sa souveraineté reconnue, le 20 février 1512, par le Roi de France Louis XII, sur l'instance de Lucien Grimaldi, mon aïeul.

Depuis lors, les Princes qui se sont succédé ont su préserver cette indépendance au travers des tempêtes de l'histoire, en veillant au bien-être et à la prospérité de leurs sujets puis en dotant Monaco d'institutions qui sont celles d'un Etat de droit, stables, solides et parfaitement adaptées à ses spécificités.

Mais cette action n'aurait pu être un succès sans l'union indestructible entre les Monégasques et leurs Princes et le soutien indéfectible des forces vives du pays dont vous êtes l'émanation.

Je m'attacherai à poursuivre cette œuvre avec détermination, dans un monde en perpétuel mouvement, où l'information circule à une vitesse jamais atteinte, en proie à des crises et des menaces de toute nature, mais aussi plein d'opportunités pour notre pays.

J'ai la ferme conviction qu'ensemble, nous saurons les saisir. Il n'est de richesse que de femmes et d'hommes. Vous êtes la richesse de ce pays.

Je vous remercie.

Palais Princier de Monaco